Balade au pays du sourire

Nos produits sont réalisés par des communautés de femmes habitant dans le nord du Vietnam.

Lors de nos visites chez elles nous avons eu la chance de visiter quelques sites splendides que nous allons vous présenter afin de vous donner l’envie de sauter dans un avion direction Hanoï !

Mais avant de vous parler de ces merveilles de la nature il nous tient a cœur de vous expliquer la raison pour laquelle nous travaillons avec ce peuple exceptionnel.

Arrivées à Hanoï … whaou quel choc ! déjà 90 % de la population se déplace en 2 roues et surtout tous en même temps et dans tous les sens ! la circulation semble chaotique, surchargée et on se croit à 2 doigts de mourir dès que l’on souhaite traverser … mais en fait pas du tout ! malgré cet étrange ballet de circulation, de trottoirs surpeuplés, de passages piétons qui ne semblent être la que pour la deco, tout le monde s’en sort plutôt bien.

Nous traversons …, les scooters arrivent à toute vitesse face à nous mais ça passe à chaque fois, bonne nouvelle. Et le plus impressionnant dans tout ça, est que cela se passe en douceur, sans énervement, et dans un profond respect. Bon respect ne veut pas forcement dire dans le calme : il ne semble n’y avoir qu’une règle dans leur code de la route : le klaxon ! Il prévient l’arrivée d’un véhicule en permanence mais contrairement à nous, occidentaux, en aucun cas le klaxon ne sert à insulter un autre automobiliste. Ce n’est pas un signe d’énervement mais d’annonce de son arrivée.

Nous vous conseillons pour être bien détendus de circuler en taxi, pas cher et malgré tout moins stressant pour les occidentaux que nous sommes

Nous découvrons ensuite la rue : incroyable ! La rue est un véritable lieu de vie, un prolongement des maisons. Tout se passe sur les trottoirs, nous pouvons voir des vietnamiens préparer le repas, manger à coté de véritables ateliers mécaniques ou encore d’enfants qui jouent.

Nous arpentons ainsi les rues, enjambons comme nous pouvons, nous nous faufilons entre les gens, toujours à la limite du télescopage avec la personne arrivant en face mais encore une fois tout se passe dans le calme et sans stress. On s’habitue finalement très rapidement à ce rythme et on apprécie les promenades dans Hanoï. Chacun trouve vite sa place et surtout on vit, on profite.

On peut manger n’importe quand, où on veut, et finalement malgré ce tumulte la vie est moins stressante. Facile de se promener n’importe quand, n’importe où sans une seule fois se sentir en insécurité.

Très rapidement nous comprenons qu’une des qualités puissantes chez les vietnamiens est LA  gentillesse, l’ouverture aux autres, le respect, une population toujours prête à aider les autres. Quel changement !

Je vais maintenant vous présenter les 3 sites que nous avons pu visiter

BICH DONG

Nous partons à 110 km au sud d’Hanoï pour visiter la pagode Bich Dong qui se situe dans le circuit de la baie d’Halong terrestre Tam Coc sur le flanc de la montagne Ngu Nhac.

La pagode Bich Dong est connue sous le nom : pagode de Jade ou la deuxième grotte du Vietnam – Nam Thien De Nhat Dong, construite au 15eme siècle, entourée par les 5 montagnes signifiant les 5 pétales de lotus.

La pagode Bich Dong ou pagode de Jade comporte 3 parties principales :

  • La pagode Ha ou pagode Inférieure destinée au culte du bouddha – bouddha du Présent, du Passé et du Futur
  • La pagode Trung ou pagode du Milieu – pour y aller, il faut grimper un escalier d'environ 50 marches. Elle se trouve dans une petite montagne et un chemin de la grotte Sombre, encore 45 marches, vous amène à la 3ème partie, ornée de sculptures en pierre des quatre animaux sacrés du bouddhisme: dragon, tortue, éléphant, tigre
  • La pagode Thuong ou pagode Supérieure réservée au culte de la Déesse de la Miséricorde – Quan Am – le point de vue sur la baie d’Halong terrestre

Les paysages sont à couper le souffle : les montagnes, les grottes, la pagode, les rivières, les rizières…un lieu reposant et magnifique

Qu’avons-nous ressenti ? nous trouvons jolis ces petits temples, nous crapahutons de nombreuses marches et d’un coup … whaou, nous ressentons la quiétude des lieux. De nombreux touristes sont la, parlent forts et pourtant nous ne les entendons plus. Nous passons de pagode en pagode, nous nous taisons, nous regardons, nous nous recueillons. On se sent dans un endroit ou l’espace temps n’a plus d’importance, la chaleur non plus (bon une fois le souffle repris en haut des marches et 3 litres d’eau plus tard )  

Nichées, presque perdues au milieu de montagnes, nous levons la tête et nous nous sentons englouties par ce lieu. Pourtant on ne se sent pas petites, on existe parmi ce lieu, on y a une place.

Nous découvrons les pagodes qui nous donne envie de prier : mais comment, ou est l’eau bénie ? Naturellement nos yeux se ferment et nous prions pour remercier de ce moment, remercier de ce lieu, de notre chance …. Nous repartons tranquillement le cœur léger et reconnaissant d’avoir eu la chance de vivre cet instant.  

MUA CAVE NINH BINH

500 marches à gravir pour atteindre l’autel de Quan Am (la déesse de la miséricorde), mais pas n’importe quelles marches ; des marches de pierre irrégulières, très hautes et bien sûr car sinon cela serait trop facile une chaleur humide à en crever (ce que l’une d’entre nous a failli faire au milieu du parcours). Mais surtout c’est 500 marches pour atteindre l’un des points de vue les plus beaux que je n’ai jamais vu ! en regardant à l’ouest on découvre la rivière Ngo Dong traversant Tam Coc.

La montagne du dragon dévoile ses secrets qui ne sont autres que cette roche basaltique rendue visible par l'érosion de la couche calcaire par la pluie et le vent.

Ce paysage est juste époustouflant, il vous coupe le souffle (en même temps après 500 marches vous n’en avez plus !)


TAM COC

Quoi de mieux qu’une balade en barque au milieu des rizières et des formations karstiques ? les rameuses ne rament pas avec leurs mains mais avec leurs pieds. Pourquoi ? parce que 1h30 de balades entre les rizières et les pains de sucre sont ultra physiques pour elles et moins douloureux en pagayant avec les pieds. J’ai essayé avec les mains … en vain trop dur puis avec les pieds …bah en vain trop dur aussi ! chapeau à ces femmes aux abdos d’acier !

La beauté de Tam Coc réside dans la beauté des 3 grottes traversées par la rivière Ngo Dong. La deuxième grotte, Hang Giua, située à environ 10 minutes de la première, a une longueur de 60 mètres et une multitude de stalactites plates et horizontales. La troisième et dernière grotte, Hang Cuoi, est la plus petite grotte. Il mesure environ 50 mètres de long et se trouve à seulement 100 mètres de la deuxième grotte. Sa géologie suggère que cet endroit était sous la mer il y a des millions d’années. La terre a émergé progressivement au fil des siècles et les vagues ont érodé les montagnes calcaires pour former des grottes

La beauté de Tam Coc fut chantée dès le 13ème siècle par le roi Tran Thai Tong, qui régna sur le royaume du Dai Viet entre 1255 et 1258 :

« Qui conque est venu dans ce lieu
Dira certes, que le Paradis de l’Ouest n’est pas aussi loin
Ne vaut-il pas mieux d’y passer ses jours
Le temps oublié, la vie terrestre écartée ! »

Le paradis de l’Ouest évoqué dans ces paroles est pour les bouddhistes la demeure de l’âme et celle où l’on jouit du bonheur éternel. Ces mots suffisent à nous donner une certaine idée de la baie d’Halong terrestre.

La légende dit que si nous recevons au cours de la traversée des grottes 3 petites gouttes alors la chance nous sourira tout au long de l’année